Les nombres magnifiques :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les décimales de la valeur d'espacement [LSLL] sont celles de l'inverse de la racine carrée de cinq :


    On pourrait donc extrapoler qu'un univers seul ne peut exister . Les univers ne sont , que dans un environnement univers lui aussi et en interaction avec d'autres plus grands , plus petits , identiques , mais tous unis et en harmonie grâce à une symétrie ; nous sommes tous inclus dans une supersymétrie et nous sommes tous la supersymétrie d'autres univers à l'infini .

L'espacement [LSLL] contient à la fois le génotype de base d'un univers, et aussi un univers entier, tout n'est qu'une question d'échelle et d'interaction ; voilà ce que nous révèle la supersymétrie.

    Évidemment l'on peut vérifier pour chacun des nombres magnifiques que le phénomène agit avec toutes les puissances de dix .

 On avait déjà , précédemment , observé la capacité des nombres irrationnels à générer les nombres entiers , et l'on voit maintenant que certaines opérations avec eux , conservent à l'identique le train de leurs décimales . Par exemple , si l'on ramène les nombres précédents à des valeurs comprises entre un et dix , on obtient :

On remarque que pour chacun de ces nombres , (que l'on appellera ( X ) dans les opérations suivantes) , on peut faire correspondre un nombre ( Y ) tel que :


Et que dans ce cas , le terme (X/5) aura le même train de décimales que ( Y ) :

    Mais revenons en aux nombres magnifiques , que nous signalerons par (¤) et tâchons d'en découvrir un maximum . Si l'on part du plus petit connu dans la liste des valeurs comprises entre un et dix et qu'on lui ajoute la récurrence (1/√5) , qu'obtient-on ? :

   

Tout ces nombres mis au carré ont le même train de décimales que leurs racines . La liste semble interminable; Essayons donc avec des facteurs de (1/√5) plus importants :

 

Apparemment nous avons affaire à une infinité de nombres magnifiques !...

Si l'on applique la même opération avec le deuxième nombre de la liste :


Ce phénomène de récurrence semble fonctionner avec tous les autres nombres magnifiques de la liste , et l'on peut donc écrire :

On remarque cependant une particularité avec 5 car en effet :

 

Cinq doit-il être considéré comme un nombre magnifique ?...

Pire encore, l'on peut remarquer :


Maintenant si l'on veut définir correctement les nombres "magnifiques" et en établir la liste complète , il va falloir mettre un peu d'ordre dans cette recherche entreprise de manière un peu hasardeuse .

Mais cette collection n'est pas complète puisque d'autres nombres magnifiques semblent s'intercaler entre ceux-ci .


Pour résumer nous avons donc :

Et l'on peut encore simplifier !


Par conséquent, l'ensemble des nombres magnifiques peut être représenté par :

Ce qui nous rapproche et fait le lien avec notre supersymétrie puisque (1/2) correspond à la distance entre l'origine (0.) et les droites hésitantes.

Et après quelques recherches supplémentaires :

NOMBRES MAGNIFIQUES :


Cela revient à dire :

Tout nombre fait d'un cinq et de zéros, augmenté ou diminué d'un multiple de l'inverse de la racine carrée de cinq lui-même étant divisé par un nombre de la suite telle que décrite ci-dessus est un nombre magnifique, dans la limite ou ce dernier est positif.

Frédéric Mansuy 39570 PUBLY.               Email : frederic.mansuy.fr@gmail.com

Retour à l'accueil - Les grandes Lignes - haut de page

Liens et partenaires